Lady Lace

Lady Lace est une série de fascicules écrits à quatre mains.

Ce qui s’annonçait comme une palpitante suite policière avec une criminelle insaisissable car plus légère que l’air, un policeman déroutant plus lourd que l’air, lui, un superintendant sinistre et de nombreux autres protagonistes – dont un vendeur de guimauve, un administrateur emporté par le sillage du crime, un « Turc » (car atteint de mal caduc et souffrant de glossolalie) seul témoin d’un meurtre, un dompteur de fauves manchot et sénile, une ravissante fiancée et son cousin porté sur la bouteille, d’ingénues infirmières, un âne gris, un photographe déclassé, un autre policeman, fielleux celui-ci, un légiste, et Basil Beecroft – le bourreau qui n’existait pas – cette série, disions-nous, souffre en ce moment même de la haine que se portent ces quatre mains.
Et Dieu, le dieu des fascicules s’entend, seul sait comment cela va finir…